Accueil >> Actualités >> Le défi de janvier

Le défi de janvier

Janvier. Le premier mois dont les choix peuvent avoir d’heureuses conséquences jusqu’en décembre et même au-delà. Janvier, cette année encore ou enfin, le mois des bons commencements. Pourquoi pas? Un nouveau printemps dans mon existence même en plein hiver. Pas mal, non?

Article extrait du Romand bleu de janvier 2020 - écrit par Daniel Barraud

 

Les lumières de Noël s’estompent dans le rétroviseur; les flonflons du Réveillon ont fini par se dissoudre dans le silence. A l’aube d’une nouvelle année, l’ivresse du matin a quelque chose d’abyssal: «Et maintenant, que vais-je faire de tout ce temps que sera ma vie…» chantait Gilbert Bécaud

Janvier. Le premier mois dont les choix peuvent avoir d’heureuses conséquences jusqu’en décembre et même au-delà. Janvier, cette année encore ou enfin, le mois des bons commencements. Pourquoi pas? Un nouveau printemps dans mon existence même en plein hiver. Pas mal, non?

Parmi les préoccupations essentielles liées au bien-être et à la qualité de la vie, il y a bien sûr la santé. C’est un des biens les plus précieux: «La santé est plus précieuse que l'or» proclamait déjà le sage au 1er siècle avant Jésus-Christ (cf. Caius Cornelius Gallus dans ses Elégies). Nous le savons bien, mais nous avons parfois tendance à l’oublier… et nos choix nous conduisent à prendre un mal pour un bien! Et dans ce domaine, nous sommes tous frères et sœurs…

La santé, c’est parfois, je vous l’accorde, comme une mauvaise loterie. Nous n’avons pas les bons numéros. Parfois aussi cependant, nous la jouons avec une certaine inconscience. Et comme nous ne pouvons pas toujours gagner; une certaine prudence est de mise.

Tirer un trait

Il serait en conséquence intéressant de relever certains défis et, pour se sentir moins seul, de rejoindre les millions de personnes qui, à l’échelle mondiale, décident de tirer un trait sur l’alcool durant un mois entier. Déjà en 1942, le gouvernement finlandais avait lancé une campagne liée à un mois de janvier sans alcool. C’est l’idée du «Tipaton Tammikuu» (mois sans alcool) reprise en 2004 dans ce même pays. Au Royaume-Uni, c’est en janvier 2013 qu’est institué un «Dry January» (littéralement janvier sec, c’est-à-dire sans alcool, mais pas sans eau). Les milieux de la prévention en France (même après la marche arrière de l’Etat qui s’est désolidarisé de l’action sous la pression de certains milieux économiques) lancent l’événement pour la première fois cette année.

Janvier devient ainsi le mois d’une nouvelle liberté: pas d’alcool pour dormir mieux, pas d’alcool pour retrouver un regain d’énergie, pour faire des économies, pour augmenter ses capacités de concentration, pas d’alcool pour perdre du poids… et, pourquoi pas, pour repenser sa consommation d’alcool le reste de l’année!

Pas d’alcool, c’est bon pour la santé! 

Une étude menée par l’Université du Sussex en Angleterre a démontré les bienfaits du «Dry January 2018» sur 800 personnes participantes interrogées à fin août. L’abstinence de 31 jours en janvier a été suivie d’une baisse considérable de la consommation dans les mois consécutifs. «Le simple fait de passer un mois sans alcool aide les gens à boire moins sur le long terme» indique Richard de Visser, coordinateur de l’étude. «Des bénéfices immédiats pour la santé ont aussi été constatés: 7 personnes sur 10 ont déclaré mieux dormir et ressentir un regain d’énergie, 3 personnes sur 5 ont perdu du poids (…). Il est intéressant de noter que ces changements ont aussi concerné les personnes qui n’ont pas réussi à tenir tout le mois, cela montre qu’il y a un intérêt à simplement essayer de relever le défi.»*

Pour le professeur Didier Samuel, hépatologue: «C’est toujours une bonne idée de mettre son foie au repos, surtout après les excès de fin d’année (…). En surmenage, il se retrouve dans l’incapacité de détoxifier l’organisme, d’éliminer la graisse. Remettre les compteurs à zéro lui permet de refaire son travail dans de bonnes conditions.»* Et donc de limiter le risque de cirrhose et autres maladies! Ce «Dry January» aura d’autant plus d’effets positifs sur votre corps s’il est suivi d’une réduction de la consommation après janvier. «Le foie ne souffre pas seulement pendant les fêtes, mais surtout de la consommation régulière d’alcool» rappelle le professeur. C’est pourquoi, le corps médical nous invite non seulement à éviter les excès, mais également à prendre régulièrement congé de l’alcool plusieurs jours par semaine. Alors santé et bonne année!

Reprendre le contrôle

«S’abstenir de boire de l’alcool pendant 31 jours permet de nous rendre compte que nous n’avons pas besoin d’alcool pour s’amuser, se relaxer et rencontrer du monde» selon le Docteur Richard Piper, président de l’association Alcohol Change UK. «Cela signifie que pour le reste de l’année, nous serons davantage en mesure de prendre des décisions concernant notre consommation et d’éviter de boire plus que nous le voulons.»* 

 

*Citations (cf. lefigaro.fr).




Croix-Bleue romande
Avenue Gare 31
1022 Chavannes-Renens
T 021 633 44 33
F 021 633 44 39

CCP 10-586-2
Croix-Bleue romande
Chemin de la Gravière 4
1227 Les Acacias
T 022 320 41 00

CCP 12-1097-2
Croix-Bleue romande
Rue de l'Envers 19
2605 Sonceboz
T 032 489 13 06

CCP 25-2148-5
Croix-Bleue romande
Rue du Verger-Rond 7A
2000 Neuchâtel
T 032 710 16 07
info-ne@croix-bleue.ch
CCP 17-610740-5
Croix-Bleue romande
Avenue de la Gare 31
1022 Chavannes
T 021 633 44 33

CCP 10-4561-3
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok